Histoire

Freiheitsbruder
Jusqu’au 1er congrès, notre nom était la « société étrangère du pot de chambre ». Le pot de chambre à son tour était moins cher et plus robuste que les chopes de bière en forme de botte. C’est pour cela qu’il a été utilisé dans les premières années en tant que récipient pour boire la bière.
Pas très satisfaits du nom, nos l’avons rebaptisé lors du 1er congrès en « Frères étrangers de la liberté ».

L’an 1914 vit venir en renfort le groupe des charpentiers adhérent en bloc, et dont l’insigne représentait une araignée. 
Freiheitsschacht
Les frères de l’araignée
Les champs de bataille de la 1ère Guerre Mondiale ont enlevé la vie de nombreux de nos jeunes confrères. Après la guerre, voyager était encore possible. La faim et la pauvreté ont entraîné une crise économique mondiale et beaucoup de compagnons se sont trouvés dans l’obligation de voyager. Il n’était pas question de penser au travail, par conséquent, les compagnons gardaient la tête hors de l’eau en mendiant. 

Les compagnons de l’araignée en 1912.
Les jours à venir devraient à présent être plus roses. Un nouveau pouvoir a surgi. Cependant, ces temps-là ne perdurèrent pas, car chaque frère de la liberté étranger devait être membre d'un parti ouvrier. Ainsi, certains de nos chers frères furent victimes des camps de concentration des nazis. 
Fremder Freiheitsschacht 1918
Compagnons étrangers de la liberté 1918
Suite à cela, les compagnons étrangers ne furent pas les bienvenus pendant la dictature nazie. Toutefois, la société a continué à agir dans l’ombre, bien que les dirigeants veuillent unir toutes les personnes influentes sous la crois gammée. 

Vers la fin de la guerre, les voyages étaient au point mort. Nos frères sont tombés à nouveau au front de la guerre mondiale. Les survivants se sont retrouvés après la guerre et ont commencé une nouvelle ère de la chance et de la prospérité. La division de l'Allemagne n'a pas seulement jeté son ombre sur nos frères, qui ont fait le choix de faire leur vie en RDA, car une fois de plus, ici le voyage n’était pas seulement indésirable mais également difficilement possible. 
Frères de la liberté 1920
Après la guerre, un nouveau développement eut lieu partout. 
Ainsi, de nombreux jeunes compagnons ont été attirés à l’étranger en ces temps de prodige économique. Jusqu'à ce qu'on trouve alors le plein emploi et le travail de tâcheron dans les années 70.
Aucun compagnon n’avait plus envie de partir en voyage. Le voyage des compagnons menaçait de disparaître et peu d’artisans recherchaient les déplacements. Toutes les sociétés se sont plus étroitement rapprochées pour constituer les « sociétés européennes », abrégées par C.C.E.G. (Confédération Compagnonnages Européens) en 1980. Au début des années quatre-vingt, un effondrement économique a eu pour conséquence une renaissance des vieilles traditions. Ainsi, nous sommes à nouveau réunis en un nombre imposant de frères de la liberté étrangers, qui s’est encore renforcé suite à la réunification des deux états. Ainsi, nous avons reçu et transmis l'usage du compagnonnage et la tradition d’anciennes valeurs à retransmettre à la prochaine génération. 
Vive le compagnonnage des frères de la liberté!


Spinnbr